C’est en avril dernier que Synology, l’un des constructeurs de NAS les plus connus, ouvrait aux testeurs sa nouvelle plateforme de sauvegarde en ligne : Synology C2. Il était en effet étonnant, alors que de nombreux prestataires proposent de prendre soin des données hébergées sur votre NAS, que le constructeur taïwanai n’offre rien de semblable à ce jour. C’est chose faite et plutôt bien faite il faut l’avouer.

Si vous possédez un NAS vous êtes, en théorie, sensible à la question des sauvegardes. Sans doute votre serveur de fichiers vous sert prioritairement à sauvegarder les documents de votre ou de vos ordinateurs. Mais si ce n’est pas le seul usage que vous en faites, alors vous avez de nombreux fichiers présents uniquement sur ce NAS et se pose alors la sauvegarde du contenu de ce périphérique en lui-même.

Coupons tout de suite court à cette mauvaise habitude de dire que le système RAID est un système de sauvegarde. Votre NAS dédouble peut-être toutes les données du disque 1 sur le disque 2 mais ce n’est qu’une protection contre les pannes matérielles, pas contre une erreur de manipulation humaine. C’est donc largement insuffisant.

Pour pallier ce risque, il est possible de réaliser une sauvegarde régulière complète ou partielle et de manière automatisée du contenu de votre NAS vers un disque dur externe relié en USB. C’est bien le minimum vital à envisager pour pérenniser vos données. Mais que se passe-t-il en cas d’incendie ou de cambriolage ? Vous l’avez deviné, vous aurez plus que probablement perdu l’ensemble de vos données (Photos, films, documents…)

La solution ultime est donc la sauvegarde sur un site distant. Certains iront jusqu’à installer un second NAS chez un parent ou un ami. C’est solution couteuse à l’implémentation requiert pas mal de temps en entretien : bande passante de deux abonnements Internet, mises à jour à gérer sur deux NAS plutôt qu’un seul, gestion du réseau électrique sur deux sites (un NAS sans un bon onduleur ne permet pas de garantir la qualité des supports disques, vous aurez donc à en acheter deux), peut-être aussi de temps en temps rassurer le parent ou l’ami qui accepte d’héberger l’engin et qui aura régulièrement des questions ou des craintes.

La solution idéale et (relativement) meilleur marché est de passer par une entreprise de cloud. Attention, on ne parle ici pas d’un cloud au sens basique du terme. Le cloud tel que vous le connaissez chez Google Drive ou iCloud n’est pas une solution de sauvegarde puisque lorsqu’un fichier est effacé sur la source, il l’est aussi sur la destination. Une vraie sauvegarde doit vous protèger de ce scénario.

Il existe de nombreux prestataires qui permettent de sauvegarder le contenu d’un NAS à distance : Dedikam, OVH, Amazon… Les technologies proposées sont diverses : FTP, RSync… et les avantages et inconvénients sont souvent de l’ordre du prix, de l’espace alloué, de la vitesse de sauvegarde et surtout, de la facilité et rapidité à restaurer une sauvegarde. En effet, une sauvegarde que l’on n’est pas absolument certain de pouvoir restaurer n’en est pas une. Et cela veut donc dire que la première chose à faire après avoir sauvegardé pour la toute première fois est de s’assurer que l’on maîtrise la restauration. Et celle-ci doit pouvoir être réalisée facilement même dans l’état de stress intense que provoquera une perte de données.

Je ne vais pas détailler les solutions existantes mais plutôt m’attarder à celle qui nous intéresse dans cet article : la solution Synology Cloud 2 plus familièrement appelée Synology C2.

Mise en oeuvre

Autant le dire tout de suite, la mise en oeuvre d’une sauvegarde est particulièrement facile à faire avec Synology C2. Le contraire aurait été étonnant puisque toute la chaîne utilisera des technologies estampillées Synology et ce, du NAS à la destination de sauvegarde. La facilité et l’intégration de la solution est bien le moindre que l’on puisse en attendre. Il n’a pas fallu attendre deux mois pour s’en convaincre, créer une tâche de sauvegarde est d’une extrême simplicité. Tout se passe dans l’outil habituel de DSM : Hyper Backup.

 

Cliquez pour agrandir

Il suffit de cliquer sur le petit « + » dans le coin inférieur gauche de la fenêtre et de choisir « Tâche de sauvegarde de données« . Un clic sur l’icône Synology C2 ouvre un nouvel onglet sur le site du service vous demandant de vous identifier et d’autoriser votre NAS à utiliser votre compte C2.

 

Cliquez pour agrandir

Ensuite, pour peu que l’on ait déjà réalisé d’autres types de sauvegarde, la plupart des options disponibles tombent sous le sens : définir un nom pour la tâche de sauvegarde, choisir les dossiers de votre NAS à sauvegarder (nous reviendrons sur ce point plus bas), choisir les applications à sauvegarder, régler la planification horaire des sauvegardes automatiques et activer ou non le chiffrage.

Concernant le choix des dossiers à sauvegarder, deux écoles se côtoient : soit vous décidez de créer une tâche par dossier principal, soit vous mettez tout dans la même tâche. Si vous optez pour la première solution, rappelez-vous que deux tâches ne peuvent tourner en même temps, il faudra donc attendre que la première est terminée avant de lancer la deuxième et ainsi de suite. Cela peut avoir un impact si vous décidez de faire tourner les sauvegardes la nuit, cette dernière ne durant pas éternellement :-)

Cliquez pour agrandir

Si vous décidez de tout mettre dans la même tâche, la première sauvegarde pouvant s’étaler sur plusieurs jours en fonction de la quantité de vos données et de la vitesse de votre ligne Internet, cela peut poser un problème en cas d’interruption (coupure de réseau par exemple). Une tâche non terminée est entièrement annulée. Pas gênant pour les futures occurrences de sauvegardes puisque seul le delta est enregistré, vous rattraperez le retard au lancement suivant. Mais, à la première sauvegarde, vous redémarrerez à zéro. Autant alors, dans ce cas, faire le tout premier backup en plusieurs morceaux modifiant successivement la tâche de sauvegarde et en lui ajoutant des dossiers.

Cliquez pour agrandir

En terme de performance, ma ligne Internet disposant d’un taux de transfert en upload de 10 mégabits, j’ai pu constater que la sauvegarde a quasiment toujours utilisé le maximum des possibilités de ma ligne. Autant dire que du côté des serveurs allemands de Synology, le débit est au minimum identique voire supérieur à ces 10 mégabits. Mais il est bon de rappeler que nous sommes en phase beta et que la charge sur ces serveurs n’est certainement pas encore celle qu’ils devront supporter une fois C2 ouvert au tout-venant.

Cliquez pour agrandir

En deux mois, pas une seule sauvegarde n’a échoué. Et j’ai fais plusieurs essais en recommençant à zéro, par curiosité, en testant la coupure inopinée du réseau et aussi parce que j’avais oublié de chiffrer les données. Synology nous permet en effet un chiffrement (AES-256 et RSA-2048) sur le NAS (côté client donc) et ainsi, le transit et la sauvegarde de ces données se font de manière totalement cryptée de bout en bout. Perdez votre certificat ou votre mot de passe et personne ne pourra lire vos données. Sauf si vous l’avez perdu au profit d’un hacker bien entendu :-) Si vous n’avez plus votre clé personnelle, il faudra faire une croix sur la sauvegarde et en refaire une nouvelle.

Cliquez pour agrandir

Sauver c’est bien, récupérer c’est mieux.

Une fois votre sauvegarde effectuée, il est important de s’assurer de pouvoir restaurer rapidement et sans stress. C’est toujours lorsque vous avez effacé par mégarde des photos d’une importance capitale que vous aurez quelqu’un sur votre dos pour les restituer fissa. La sueur sur le front, la peur au ventre, il est primordial de pouvoir aller vite et bien. C’est le cas avec C2. Si vous avez encore accès au NAS, il suffit de lancer l’explorateur de sauvegarde depuis Hyper Backup pour naviguer dans les fichiers et récupérer celui ou ceux qui vous manquent. Ca paraît évident mais il est bon de rappeler que vous n’aurez pas à télécharger toute l’archive, il est possible de n’extraire que les fichiers dont vous avez besoin. C’est rapide et efficace. Et si votre NAS est définitivement mort, l’interface en ligne est utilisable depuis n’importe quel navigateur et offre la même flexibilité. Enfin, l’explorateur de sauvegardes existe également sous la forme d’une application à installer sur Windows, Mac et Linux (Ubuntu et Fedora). Elle est dotée des mêmes fonctionnalités.

Cliquez pour agrandir

L’explorateur de sauvegardes permet de revenir à plusieurs versions d’un même fichier. Cependant, il est difficile de savoir combien. Chez moi, je ne peux visualiser que 10 versions ce qui est peu. D’autant qu’il reste 300 GO sur le 1 TO que propose gratuitement le programme beta. Pourquoi limiter le nombre de versions quand il reste tant de place disponible ?

On regrettera peut-être juste que cet explorateur ne permette de modifier le contenu d’une sauvegarde. Si vous avez par exemple, en âme et conscience, décidé de supprimer un dossier content des fichiers volumineux, il n’est pas possible de le supprimer également sur la sauvegarde pour y gagner de l’espace.

Ca va coûter combien ?

Le prix de la solution est encore une inconnue à ce jour. Actuellement le programme beta offre 1TO gratuitement. Synology ne communique pas encore sur le prix qui sera proposé ni sur les différentes formules d’espace disque lorsque le programme beta prendra fin.

En conclusion

Ce qui est plutôt bien :

  • Les données sont en Europe (Allemagne)
  • La bande passante semble confortable
  • La solution est simple, rapide et flexible
  • La restauration est aisée

Ce qui pourrait être amélioré :

  • La communication sur le prix final
  • La possibilité d’effacer des éléments sur la sauvegarde

Plus d’info sur le site dédié : https://c2.synology.com/en-global

N’hésitez pas à partager vos retours sur C2 dans les commentaires.